facebook_dark twitter

Agriculteurs en difficultés : des nouvelles mesures contre le mal-être !

La feuille de route du Gouvernement pour la prévention du mal-être et l’accompagnement des agriculteurs en difficulté a été dévoilée mardi 21 novembre 2021 par le ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Julien Denormandie.

Dans ma circonscription le monde agricole est omniprésent, c’est une part de son identité et de sa richesse. C’est ce qui fait de notre territoire un territoire fort porté par des hommes et des femmes qui témoignent d’un courage qui ne cesse de m’impressionner chaque jour… Cependant je connais aussi les difficultés du métier d’agriculture car je suis au contact des agriculteurs quotidiennement depuis plus de 4 ans maintenant.

Ces dernières années, des dispositifs et solutions d’accompagnement ont été développés pour aider les agriculteurs les plus en difficulté :

– Le dispositif Agri’écoute (09 69 39 29 19) pour un accompagnement professionnel par les agents de la MSA 24h/24 et 7 jours sur 7 et l’activation de soutiens.

– Les associations comme Solidarités Paysans ou les réseaux dits de « sentinelles », comme ceux de la Coopération Agricole, ou les cellules Réagir des Chambres d’Agriculture pour l’accompagnement et l’écoute par des pairs.

Néanmoins, nous devons toujours faire plus pour ces personnes qui nous nourrissent !

La feuille de route du Gouvernement pour endiguer le phénomène du mal être des agriculteurs s’articule autour des trois piliers suivants : humaniser, aller vers, prévenir et accompagner.

1 ) Humaniser, avec la création des comités dédiés à cette question du mal-être des agriculteurs dans chaque département :
– Plus de 100 comités d’ici à la fin 2022.
– Ils réuniront un large panel d’acteurs : référents de l’État, professionnels de santé, associations et représentants du monde agricole.
– L’État s’engage dans une approche humaine et transversale de chaque situation, avec la nomination des référents à la fois dans les cellules économiques (DDT) et dans les cellules sociales (MSA) qui porteront une action coordonnée.

2) Aller vers, avec la création et la formation des réseaux de « sentinelles » dans chaque département :
– Les sentinelles sont des proches des agriculteurs (voisins, élus, associations, agriculteurs, coopératives, organisations professionnelles), qui, par leur contact quotidien et familier, peuvent être à même de détecter des situations de détresse ou de mal-être.
– Ces réseaux existent déjà mais nous allons les renforcer par de la formation et des outils, l’objectif étant d’avoir un maillage de sentinelles fort et capables d’accompagner au mieux les situations de détresse.

3) Prévenir et accompagner, avec la mise en place l’aide au répit, qui permettra aux agriculteurs en situation d’épuisement professionnel de se faire remplacer. À cela s’ajoutent la mise en place de mesures d’accompagnement en cas de naissance d’un enfant (effectives dès 2018) et le crédit d’impôt « remplacement » en cas de maladie ou d’accidents du travail.

Lutter contre le mal-être du monde agricole, c’est aussi redonner toute sa valeur à notre alimentation, et donc au travail de nos agriculteurs. Chacun peut jouer un rôle, cela commence devant les étals, quand on fait le choix des produits que l’on achète, pour qu’ils respectent nos agriculteurs et leur rémunération.

Ce sont des petits gestes simples qui peuvent faire une grande différence !

Actualités

Gauthier balcon, jeune agriculteur, avait 26 ans…

Gauthier Balcon, jeune agriculteur, avait 26 ans… « Gauthier était travailleur, entrepreneur, perfectionniste. Avec ses copains, en août dernier, ils ont…

En savoir plus

Mon soutien aux entreprises !

Le gouvernement a annoncé le 17 janvier un record historique : 1 million d’entreprises ont été crées en France en…

En savoir plus

Les premières visites de communes de l’année ont débutées !

Reprise des visites de communes de notre circonscription dès les premiers jours de l’année 2022! 💪 Rencontre avec Anne Bescond,…

En savoir plus

Hommage aux victimes des attentats du 7 janvier 2015

Yohan Cohen, 23 ans, habitait Sarcelles (Val-d’Oise), était décrit comme un « garçon discret, gentil » par ses proches, aimait inconditionnellement le…

En savoir plus
Toutes les actualités

Suivez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

Cookies de fonctionnement (obligatoire)Ces cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

Cookies analytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

Cookies de ciblage publicitaireCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutresNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.