facebook_dark twitter

Lutte contre le gaspillage alimentaire: lancement d’une mission d’évaluation de la loi de 2016

Je suis très heureuse d’avoir été nommée rapporteure de la mission d’évaluation de la loi du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire, avec mon collègue Guillaume Garot, député PS de la 1e circonscription de la Mayenne, ancien ministre délégué à l’agroalimentaire, et rapporteur de cette loi.

 

Le ministère de l’agriculture a défini le gaspillage alimentaire en 2013 dans le Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire. Cette définition considère que « toute nourriture destinée à la consommation humaine qui, à une étape de la chaîne alimentaire, est perdue, jetée, dégradée, constitue le gaspillage alimentaire ».

 

Il représente trois enjeux économique, environnementale et sociale :

  • Economique : il représente un surcoût pour les ménages et pour l’ensemble de la société, aussi bien en termes de production et de distribution que de transport et de traitement des déchets.

 

  • Environnemental : il représente un gâchis de ressources important (eau, énergie, émission de gaz à effet de serre). En guise d’exemple, l’ADEME considère qu’un tiers des ressources nécessaires à la production de la denrée jetée inutilement a été utilisé en pure perte.

 

  • Sociale : il pose des questions d’éthique sur l’accès à l’alimentation tant à l’échelle de la France qu’à l’échelle mondiale.

 

Face à ce problème majeur, est adoptée en février 2016 une loi relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire, qui prévoit deux mesures principales. Elle oblige les supermarchés de plus de 400 m2 à créer un partenariat avec une association d’aide alimentaire pour faire don des invendus consommables et interdit aux distributeurs, sous peine d’une amende de 3 750 euros, de rendre impropre à la consommation des invendus encore consommables.

 

De nombreux acteurs s’accordent à dire que la loi de 2016 a permis une réelle prise de conscience dans l’ensemble de la société française du problème que représente le gaspillage alimentaire. Les chiffres des banques alimentaires montrent qu’aujourd’hui 95% des magasins de plus de 400 mètres carrés donnent désormais leurs invendus à des associations de solidarité. Les denrées collectées par ces mêmes banques sont passées de 36 000 tonnes à 46 000 tonnes entre 2015 et 2017, soit une hausse de près de 28%.

 

Il reste cependant des points d’amélioration, notamment en matière de tri dans les produits offerts aux associations et en matière d’éducation. L’objectif de cette mission sera de les identifier.

Actualités

Visite du site Ecad-iD de Ceva sante animale

Cette semaine, je profite de la suspension des séances à l’Assemblée nationale pour aller à la rencontre des entreprises innovantes…

En savoir plus

Premiers ateliers de travail pour une proposition de loi autour de l’école

En fin d’année 2023, après 9 mois de travail, une quarantaine d’auditions et 9 déplacements dans toute la France, nous…

En savoir plus

Faire vivre les langues bretonnes

Le collectif “Pour que vivent nos langues” a réuni 42 lycéennes et lycéens de Corse, Occitanie, Pays Basque, Alsace et…

En savoir plus

Hommage à ceux qui ont combattu pour notre liberté

À la Forest-Landerneau j’ai rendu un hommage à Frantz-Marcel Boucher, Guy Raoul et André Garrec membres brestois de l’organisation, militants…

En savoir plus
Toutes les actualités

Suivez-nous

RGPD *