facebook_dark twitter

Proposition de loi pour une fin de vie libre

La liberté de pouvoir choisir sa fin de vie est un sujet sensible. Ces dernières années, j’ai reçu de nombreux témoignages de personnes et associations me demandant d’agir afin de permettre aux personnes en fin de vie d’être titulaires de ce droit. Il s’agit d’un choix éminemment personnel guidé par des sensibilités, un vécu.


Qu’une personne en phase terminale d’une affection incurable, atteinte de graves souffrances puisse avoir le droit de choisir sa fin de vie me semble aujourd’hui essentiel. Ce droit doit bien entendu être optionnel, réservé au malade lui-même ou représenté par sa personne de confiance. Il doit aussi être encadré afin qu’un protocole permette de s’assurer de la volonté réelle et persistante de la personne. Avoir ce choix ne signifie pas qu’il soit systématiquement exercé. Mais avoir ce choix me semble fondamental.

C’est mon rôle de députée de veiller à cela.

Pourtant, jeudi 8 avril à l’assemblée, à cause de l’obstruction parlementaire je n’ai pas pu y veiller. Nous n’avons pas pu faire évoluer la loi.


Depuis la Loi Claeys-Leonetti, les soins palliatifs, prodigués de manière très efficaces par les équipes de soignants ont su soulager des souffrances et contribuer à préserver la qualité de vie du patient. Malheureusement, ils ne permettent pas de répondre à toutes les situations et au patient atteint d’une maladie grave et incurable de pouvoir choisir sa fin de vie. Aujourd’hui, faute d’avoir ce droit, de nombreux français font le choix d’achever leur vie à l’étranger. Comme l’a rappelé mon collègue Olivier Falorni à l’assemblée hier, Paulette Guinchard, ancienne secrétaire d’État aux personnes âgées, a fait le choix de décéder en Suisse le 4 mars dernier. Le fait qu’une ancienne ministre ait dû quitter le pays qu’elle a tant servi pour pouvoir mourir de la manière qu’elle entendait m’émeut profondément.

Beaucoup de nos voisins européens sont en avance sur ce sujet, aucun n’a constaté de dérives ou n’est revenu en arrière. Nous devons aujourd’hui prendre exemple sur ces pays et avancer également vers une société qui respecte la dignité des personnes atteintes de maladies incurables et de graves souffrances. Un sondage Ipsos de 2019 estime à 96 % les Français se déclarant en faveur de la législation de l’euthanasie. Cette question du droit à choisir sa mort, du droit à mourir dans la dignité dépasse tous les clivages politiques.

C’est pourquoi j’ai soutenu la proposition de loi de mon collègue député Olivier Falorni. En 2021, pouvoir être titulaire du droit ou non de disposer de sa vie me semble fondamental. Limiter la liberté d’action et de choix d’un individu qui ne fait aucun tort aux autres mais souhaite se protéger lui-même de sa souffrance n’est plus acceptable.

Je regrette que la nouvelle occasion de légiférer sur ce sujet qui nous était offerte jeudi 8 avril n’ait pas été saisie par mes collègues parlementaires.

Actualités

La vieillesse est une chance pour notre société

  Aujourd’hui, la vieillesse est devenue un des traits distinctifs de l’humanité. A une époque, les personnes âgées auraient pu…

En savoir plus

Clôture du Beauvau de la sécurité par Emmanuel Macron

À l’occasion de la clôture du Beauvau de la sécurité, le Président de la République, Emmanuel Macron a rappelé que notre…

En savoir plus

Question écrite sur la conformité des conditions d’accueil périscolaire aux règles sanitaires en vigueur

Le 6 avril dernier, après avoir été alertée par des habitants de la circonscription sur la conformité des conditions d’accueil…

En savoir plus

Graziella Melchior rejoint la mission parlementaire sur le secteur de l’évènementiel

Le 30 juin dernier j’ai participé à l’ouverture des travaux de la mission d’information parlementaire qui va mesurer l’impact de…

En savoir plus
Toutes les actualités

Suivez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

Cookies de fonctionnement (obligatoire)Ces cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

Cookies analytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

Cookies de ciblage publicitaireCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutresNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.