facebook_dark twitter

Visite de la recyclerie « le Tri porteur » le 29 juillet 2019

Ce lundi 29 juillet, je me suis rendue au Triporteur, la Recyclerie de Plouédern car la lutte contre le gaspillage est une de mes préoccupations majeures.

Elle est l’objet du projet de loi Antigaspillage et Economie circulaire qui sera discuté dès la rentrée au Sénat puis à l’Assemblée. Cette loi doit conduire à une nouvelle philosophie de consommation plus réfléchie et durable.

Le Triporteur compte près de 100 bénévoles motivés à agir dans le sens de la réduction et du réemploi intelligent des déchets non alimentaires. En effet, depuis 2007, le Triporteur encourage les citoyens à déposer les objets dont ils n’ont plus l’usage.

Des ateliers de rénovations, installés au fond de l’entrepôt, aident à remettre en état des matériaux utiles et réutilisables en leur offrant une seconde vie : vélos, machines à laver, tondeuse à gazon… c’est une multitude d’objets qui sont sauvés chaque semaine en plus des objets vendables en l’état.

Chaque samedi, le magasin de la recyclerie ouvre ses portes pour vendre à très bas prix ces objets : tasses à 10 centimes, livres à 1€ le kilo, tables à 10€, les prix du Triporteur défient toute concurrence et permettent aux plus démunis ainsi qu’ aux consommateurs soucieux de la planète de s’habiller ou de se meubler pour une somme dérisoire.

Ce projet fonctionne très bien. Et fort de sa trésorerie saine, le Triporteur a pu embaucher sa première salariée, employée de commerce, cette année. À long terme, la recyclerie espère créer d’autres emplois.

L’activité du Triporteur a peu de charges et génère d’importants gains (sociaux, économiques, écologiques). C’est à travers les dons de matériaux adressés aux personnes démunies, à d’autres associations ou à d’autres pays nécessiteux que s’illustrent les bénéfices sociaux de la recyclerie. Elle crée aussi du lien social et de un sentiment d’utilité aux quelques quatre-vingt-dix bénévoles de la recyclerie, qui pour la plupart sont seniors, et se maintiennent ainsi en activité.

Pour l’avenir, le Triporteur est optimiste car son activité s’inscrit donc parfaitement dans la nouvelle façon de penser de beaucoup de citoyens du monde qui est celle du réemploi des déchets et de l’économie sociale et solidaire.

Cependant,la recyclerie est inquiète pour son local qu’il loue et qui sert à la fois de garde-meuble et de magasin.

Elle souhaiterait l’acheter parce qu’elle est bien installée à l’entrée de la zone Industrielle de Saint-Eloi à Plouédern. Actuellement loué par cette structure, ce local risque d’être mis en vente dans le cadre de la liquidation judiciaire de l’entreprise à laquelle il appartenait.

A voir aussi
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

Suivez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialitéParamétrer les cookies