facebook_dark twitter

visite de l’atelier d’insertion Ekoconserve à St Thonan le 28 février

A l’invitation de l’équipe de direction de Don Bosco (association d’économie solidaire), j’ai pu visiter jeudi dernier leur atelier d’insertion Ekoconserve sur Saint-Thonan qui est ouvert depuis un mois.

Cet atelier fabrique des soupes et des légumes à partir de fruits et légumes invendus en commerce . Ces produits sont mis hors circuit par les enseignes car jugés non conformes à la vente du fait d’un défaut de présentation ou de dates de péremption trop proches. Ils sont également issus de surplus de commerces locaux et bio.

C’est surtout un support d’activité pour permettre aux personnes éloignées de l’emploi ordinaire (personnes volontaires et non rémunérées) de se réinsérer.

Le public accueilli et accompagné s’adresse aux personnes, bénéficiaires du RSA, afin de leur permettre d’acquérir des techniques de tri et de s’approprier des bases pour limiter le gaspillage alimentaire.. Cette réalisation est dans la continuité de la réflexion des dirigeants de Don Bosco sur les produits alimentaires non utilisés.

Cela m’a permis de faire un lien avec la mission d’évaluation de la loi du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire, où je suis co rapporteure avec Guillaume Garot, député, ancien ministre délégué à l’agroalimentaire, et rapporteur de cette loi.

Cet atelier est également un lieu de confection via l’apprentissage des règles d’hygiène et des normes en restauration et la transformation et valorisation des produits transformés

L’atelier est ouvert 4 jours par semaine : lundi, mardi, jeudi et vendredi à raison de 17 heures de travail hebdomadaires. Les matinées sont entièrement consacrées à la réalisation de soupes ou de confiture (non commercialisés) et les après midis au nettoyage du site et à la préparation de la prochaine journée

L’objectif final est multiple : permettre aux personnes d’adopter un rythme de travail compatible avec une formation ou un emploi (horaires, tenue de travail, respect des procédures) ; acquérir des geste et techniques de base transférables à d’autres secteurs, gagner en autonomie pour leurs démarches et être accompagné dans leur parcours d’insertion.

L’encadrante technique peur accueillir un groupe de 8 personnes maximum et pour le moment, elle encadre deux personnes. Ces personnes sont dirigées vers cet atelier par les partenaires de l’insertion sur le territoire du nord-Finistère. Elles signent un engagement d’une durée de six mois, renouvelable une fois. Les entrées et sorties sont permanentes.

Les solutions de mobilité et de transport sont gérées par Don Bosco qui offre aux stagiaires le déjeuner du midi via l’assiette coopérative.

A voir aussi
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

Suivez-nous

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialitéParamétrer les cookies